Contrôle de gestion

IFRS

Visa IFRS

contacter
Imprimer cette page
Retour

Droit individuel à la formation : directions financières et DRH s’organisent

  • Droit individuel à la formation : directions financières et DRH s’organisent

    Autorisant chaque salarié du secteur privé en CDI à demander à son employeur 20 heures de formation par an, cumulables sur six ans, le droit individuel à la formation (DIF) entré en vigueur en mai 2004 devrait représenter une somme non négligeable pour les entreprises. Le DIF pourrait ainsi atteindre 4 à 6 % de la masse salariale d’après les prévisions de certains groupes. Par le biais de ce dispositif, un salarié peut demander une formation sur un thème qu’il souhaite à son employeur, qui peut l’accepter ou la refuser sur deux exercices consécutifs, et qui la prend à sa charge.

    Des responsables des directions financières et des directions des ressources humaines de sociétés ont commencé à travailler sur ce dispositif, qui pourrait avoir des conséquences significatives en termes d’organisation et d’impact économique. Des entreprises envisagent tout d’abord d’avoir recours à des actuaires qui disposent des compétences nécessaires pour valoriser les droits de chaque salarié et le stock de droits non encore utilisés. “Certaines entreprises ont même créé au sein du département des ressources humaines des postes spécifiques comme les responsables de DIF RH ou des responsables financier RH pour gérer ce dispositif”, constate Jérôme VERNHES chez FinHarmony, une société de conseil en finance.

    Parallèlement, les entreprises s’interrogent sur la comptabilisation des DIF. Le comité d’urgence du Conseil National de la Comptabilité a certes préconisé en octobre dernier de ne pas constituer de provision au titre des droits acquis non encore utilisés. Pourtant, certaines entreprises souhaitent à l’inverse provisionner certains DIF qui ne présenteraient aucune valeur ajoutée pour la société comme les formations à but strictement personnel. Pour prendre en compte le risque de ce type de formation, elles envisagent donc de passer des provisions à partir de l’exercice en cours.

    Option Finance n°824 du 14/03/2005 - Violaine LEGALL